Confinement et autisme

©dubova/AdobeStock

La situation de confinement strict dans laquelle nous nous trouvons peut être difficile à gérer.

N’hésitez pas à demander aux professionnels accompagnant vos enfants (pédopsychiatres, orthophonistes, psychologues, psychomotricien.ne.s, éducateur.trice.s, ergothérapeutes, etc.) s’ils peuvent assurer des vidéo-consultations, de la guidance parentale. Ils connaissent vos enfants et sauront vous donner des conseils adaptés pour mieux vivre cette période à la maison et vous suggérer des activités ou exercices à réaliser avec votre enfant, voire à assurer la séance directement auprès d’eux par vidéo.

La situation de changement radical du quotidien peut déstabiliser votre enfant. Il peut y avoir une majoration des troubles du comportement et des autostimulations, ceci est tout à fait normal. Il est aussi possible d’expliquer à votre enfant la situation actuelle.

Protégez votre enfant du stress de cette période. Parlez de la situation actuelle à votre enfant de manière ouverte, calme et adaptée à son niveau de compréhension, sans détails inutiles. Ayez des paroles rassurantes (pour l’enfant, pour sa santé et celle de son entourage).

Veillez à lui permettre de garder le contact avec ses proches, en organisant des appels de préférence vidéo où vous pourrez guider les échanges si possible. Essayez de l’interroger sur ses inquiétudes. Une discussion à plusieurs, c’est toujours plus facile.

Expliquez que l’application des mesures barrières (type lavage de mains, éternuements dans son coude, utilisation de mouchoirs à usage unique, pas de contact physique rapproché) le protégera du risque d’infection par le virus Covid-19.

Limitez l’exposition de votre enfant aux informations de la télévision et des réseaux sociaux. Répétez cette discussion régulièrement. Les enfants sont inquiets mais ne l’expriment pas comme les adultes.

Pendant cette période vous serez sans doute amenés à adapter les exigences et à être plus tolérants vis-à-vis des attentes autour de l’autonomie, les apprentissages scolaires ou les comportements (par exemple : les autostimulations, les stéréotypies, le temps d’écran ...).