Confinement et addictions

©adobestock.

L'addiction est un comportement de conduite compulsive qui finit par nous priver de nos libertés, qui crée un manque obsessionnel et impacte notre humeur, notre perception de notre environnement et notre capacité à nous socialiser. Dans ce contexte stressant, le confinement peut exacerber ou aggraver les consommations et le processus addictif.

Si certains deviennent accros au sport ou aux jeux de société, pas d’inquiétude. En revanche, l’ennui, voire l’angoisse suscitée par le contexte peut nous pousser à certaines dérives dans notre consommation de nourriture, d’écrans, de tabac, d’alcool, ou encore de jeux d’argent, voire de substances psychoactives (médicaments, cannabis, cocaïne…). Les techniques de relaxation, yoga, méditation (…) peuvent constituer un recours intéressant, comme la pratique sportive, qui rend plus « heureux » en favorisant la production d’endorphine, d’adrénaline ou de dopamine. Dans tous les cas, il est important de s’attacher à moduler sa consommation, peut-être en passant par un contrat moral avec les enfants ou avec soi-même, et à maintenir le lien social face au confinement nécessaire.

En cas de détresse, il est essentiel de demander de l’aide. En lien avec un médecin, la prise en charge médicamenteuse des troubles anxieux, dépressifs ou algiques peut être une première alternative, en attendant de pouvoir (re)mettre en place une approche médico-sociale adaptée en addictologie.

D’autre part, le gouvernement a pris des dispositions afin de faciliter le renouvellement des traitements de substitution aux opiacés par les pharmaciens,  comme tout traitement de pathologies chroniques, pour une durée de 28 jours.

Des ressources sont également disponibles sur le site Drogues.gouv : vous retrouverez certains de leurs conseils ci-contre.

Les CSAPA (Centres de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) restent des interlocuteurs privilégiés dans ce type de situation. S’ils limitent actuellement un maximum les consultations physiques, pour les situations de détresse, ils disposent d’une ligne téléphonique dédiée qui permet de s’entretenir avec un infirmier, un psychologue ou un travailleur social.

Repères : 

1 rue de Saint-Flaive, 95120 Ermont

01 39 89 17 49

  • CSAPA ANPAA

12 Boulevard Maurice Bertaux, 95100 Argenteuil

01 30 76 30 13

Contact : 
  • Information, soutien, conseil et orientation pour les personnes en difficulté avec l'usage d'une substance et pour leurs proches :

Ecoute cannabis : 0 980 980 940, tous les jours de 8h à 2h - Appel non surtaxé

Tabac Info Service 3989, du lundi au samedi de 10h à 18h - Coût d'une communication locale

Alcool Info Service : 0 980 980 930, tous les jours de 8h à 2h - Appel non surtaxé

Drogue Info Service : 0 800 23 13 13 (gratuit depuis un poste fixe) tous les jours de 8h à 2h

Joueurs Info Service : 09 74 75 13 13, tous les jours de 8h à 2h - Appel non surtaxé