Le budget 2018

©motortion/AdobeStock

Le budget de la Communauté d’agglomération n’est financé que par les impôts locaux ?

Les recettes de la Communauté d’agglomération Val Parisis proviennent principalement des contributions directes, à savoir la taxe d’habitation pour les ménages (35 M€), les impôts économiques aux entreprises (33 M€) et la taxe d’enlèvement des ordures ménagères pour tous (24,1 M€). À cela s’ajoutent d’autres ressources telles que les dotations de l’État (26,1 M€). Enfin, la Communauté d’agglomération peut également compter sur les recettes de ses différents services publics (centres aquatiques, médiathèques…) et sur la participation des communes aux projets de mutualisation (4,2 M€).

Val Parisis a-t-elle fait le choix de la stabilité des taux d’imposition en 2018 ?

Pour la 3ème année consécutive, le budget 2018 a été préparé sans augmentation de la fiscalité afin de ne pas pénaliser les ménages et les entreprises. En effet, le Conseil communautaire a voté des taux identiques pour la taxe d’habitation (6,62 %), la cotisation foncière des entreprises (25,14 %) et la taxe sur le foncier non bâti (3,08 %).

Val Parisis dispose-t--elle de 6 budgets distincts ?

Outre le budget principal reprenant en grande partie les recettes et les dépenses de la collectivité, la Communauté d’agglomération a également voté des budgets dits « annexes » pour des services spécifiques : assainissement, zones d’aménagement concerté du Quartier de la gare, des Épineaux et du Bois Servais, gestion des parkings d’intérêt communautaire.