L’agglo rejette de nouveau les cartes stratégiques de bruit

©Glebstock/adobestock

Lors de la séance du 11 février 2019, le Conseil communautaire de la Communauté d’agglomération Val Parisis a de nouveau émis un avis défavorable sur les cartes stratégiques de bruit produites par BruitParif.

Etant donné qu’une approbation des cartes stratégiques du bruit aérien généré par l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle allait à l’encontre de la prise en compte d’une situation grave en termes de santé publique et de conditions de vie, les élus communautaires avaient émis une première fois un avis défavorable sur les cartes stratégiques de bruit du territoire intercommunal lors de la séance du Conseil communautaire du 24 septembre 2018.

En effet, les cartes stratégiques du bruit généré par la plateforme aéroportuaire ne décrivent pas la réalité ressentie par les habitants de Val Parisis en ne tenant compte, ni le jour ni la nuit, du nombre de survols du territoire, des nuisances maximales ressenties, notamment lorsque des avions anciens, bruyants, volent trop bas. Elles reposent sur un mode d’élaboration tout-à-fait contestable, celui des moyennes de bruit. Le niveau de bruit aérien sur le territoire de la Communauté d’agglomération ne diminue pas, bien au contraire, en particulier pendant l’été, période pendant laquelle les plaintes des riverains ont été particulièrement nombreuses cette année.

Pour ces raisons, lors de la séance du 11 février 2019, le Conseil communautaire de la Communauté d’agglomération Val Parisis a de nouveau émis à l’unanimité un avis défavorable sur les cartes stratégiques de bruit produites par BruitParif.

Cette fois-ci, les élus de Val Parisis insistent particulièrement sur la nécessité que les services de l’Etat, dont c’est le rôle, fassent preuve d’un minimum de transparence en matière d’évolution du trafic aérien de fret et prennent leurs responsabilités en entendant les légitimes intérêts des riverains de l’aéroport et imposent à la plateforme aéroportuaire de Roissy les mesures de bon sens, notamment :

  • La réduction des vols de nuit, de 22h à 6h,
  • L’interdiction des avions bruyants,
  • La généralisation de la descente continue à l’atterrissage
  • La systématisation du décollage en seuil de pistes

Les élus communautaires s’étonnent par ailleurs que le projet de construction d’un quatrième terminal à Roissy ne donne pas lieu à un véritable débat public organisé par la Commission nationale du débat public, mais à une simple concertation préalable organisée par ADP.

Repères : 

Les cartes stratégiques de bruit

La Directive Européenne n°2002-49 du 25 juin 2002 relative à l’évaluation et à la gestion du bruit dans l’environnement vise notamment à permettre une évaluation harmonisée, dans les vingt-cinq Etats européens, de l’exposition au bruit dans l’environnement, au moyen de cartes de bruit stratégiques mises à jour en juin 2017, et qui doivent être approuvées par les communautés d’agglomération de plus de 100 000 habitants. L’obligation européenne s’applique donc à la Communauté d’agglomération Val Parisis qui compte 276 313 habitants.

Les cartes stratégiques de bruit, établies en Île-de-France par l’Observatoire régional du bruit, Bruitparif, permettent de représenter un niveau de gêne résultant de l’exposition au bruit, de jour et de nuit, induite par les trafics routiers, ferroviaires et aériens, mais également de dénombrer les populations exposées et les établissements d’enseignement et de santé impactés. Elles constituent un élément du diagnostic permettant d’établir, dans un deuxième temps, les Plans de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE).